Les Ecos

INDH. Agadir, pluie de projets pour lutter contre la précarité
Publié le mercredi 28 août 2013 20:00
Écrit par Yassine SABER  28 août 2013

L’INDH capitalise sur ses acquis afin de lutter davantage contre la pauvreté et l’exclusion sociale à Agadir. Le Comité préfectoral de développement humain (CPDH) de la préfecture d’Agadir Ida-Outanane a tenu en fin de semaine dernière une réunion pour faire le point sur les différents projets inscrits dans le cadre de l’Initiative humaine de développement humain (INDH). En chiffres, la mise en œuvre de l’INDH s’est traduite au titre de la première phase 2005-2010 par l’initiation de 336 projets pour un investissement global frôlant173 MDH, dont la part de l’INDH s’élève à plus de 129,5 MDH, avec un total de bénéficiaires s’élevant à 191.955 personnes. De ce fait, un effet de levier a été enregistré atteignant 25%, ce qui dénote selon le CPDH l’adhésion et l’implication des partenaires et des bénéficiaires dans la mise en œuvre des projets de l’INDH. S’agissant de la répartition des projets par programmes, le transversal qui fonctionne selon une procédure d’appel à projets a capté plus de la moitié des projets. Dans ce sens, 195 d’entre-eux ont été retenus avec un montant global de l’ordre de 39,2 MDH dont 24,4 MDH pour l’INDH, avec un nombre de bénéficiaires égal à 111.563 personnes. La lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain est classée pour sa part en seconde position avec la réalisation de 87 projets. L’enveloppe totale mobilisée pour ce programme est de 87 MDH, dont 66,4 MDH en tant que part de l’INDH, avec un nombre de bénéficiaires égal à 68.007 personnes. Quant à la lutte contre la précarité, le programme a permis de créer quelques 52 projets avec un nombre de bénéficiaires de 9.685 personnes pour un montant global de 45,3 MDH. En revanche, la lutte contre la pauvreté en milieu rural n’a réalisé que deux projets puisque la préfecture d’Agadir Ida Outanane n’avait bénéficié durant la 1re phase que de trois programmes, à savoir la lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain, la lutte contre la précarité et le programme transversal. Toutefois, si la 1re phase de l’INDH à été couronnée, selon le CPDH, de réussite, la consolidation des acquis constitue un objectif prioritaire de la phase II, en termes d’ancrage de la culture de participation, de promotion de la femme et la dynamisation des AGR, en plus du contrôle et de l’évaluation. À cet égard, la seconde phase de l’INDH qui s’étale de 2011-2015 a intégré un 5e programme de mise à niveau territorial. Ainsi, la préfecture d’Agadir Ida Outanane a bénéficié en plus des huit quartiers cibles, lors de la 1re phase, à quatre autres quartiers pour le programme de lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain et six communes rurales cibles par le programme de lutte contre la pauvreté en milieu rural, lesquelles sont choisies en application du seuil de 14% comme taux de pauvreté, au lieu des 30% adoptés au titre de la 1re phase. Dans le détail, 203 projets ont été retenus lors de la 2e phase avec une enveloppe budgétaire globale de 86,9 MDH. Le programme transversal est toujours placé en tête de classement avec la création de 99 projets pour un montant global de 25,5 MDH dont la part de l’INDH, qui est de l’ordre de 22,5 MDH. Suivies respectivement de la lutte contre la pauvreté en milieu rural, de la lutte contre la précarité ainsi que de la lutte contre l’exclusion sociale en milieu urbain. Par ailleurs à l’échelon de la région Souss-Massa-Drâa, le taux de pauvreté s’est vu être sensiblement réduit de 18.9% en 2004 à 12.5% en 2007. Par ailleurs, celui-ci reste toujours supérieur à la moyenne nationale de 9%, avec toutefois des disparités importantes entre les différentes provinces et préfectures de cette région. Ce constat met en exergue des disparités spatiales accrues au niveau des différentes composantes du territoire de la région.

Préfecture d’Agadir ida Outanane © 2013, Tous droits réservés.

Creation : heberdomaine.com